Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 juin 2011 5 10 /06 /juin /2011 18:35

Livre Blanc pas très clair et humeur au rouge.

Aujourd’hui je vais aborder le délicat problème du Livre Blanc.

Je dis bien « problème » car c’en est un vrai.

Je vous le dis d’emblée : je ne reconnais pas ce livre blanc pour la bonne raison que ce n’en est pas un.

Il s’agit en fait d’un projet d’organisation préparé à l’avance et qu’il faut maintenant « vendre » aux loges en les persuadant que ledit projet résulte des contributions versées au « Livre Blanc » c'est-à-dire que les loges et les frères en sont eux-mêmes les auteurs.

Je ne m’attarderai pas sur la technique bien connue des managers, politiciens et professionnels des sondages d’opinions qui consiste à lancer une consultation réputée démocratique dont les résultats sont fixés à l’avance et ensuite à exploiter et interpréter la variété des réponses de façon à aboutir à ces résultats.

Il suffit ensuite que chaque participant se reconnaisse un tout petit peu dans ces résultats pour qu’il les valide, persuadé que les différences viennent des autres participants.

Et pourquoi pas, en complément, donner des idées aux sondés qui n’en auraient pas, en organisant en parallèle une communication adaptée.

Je m’abstiendrai de donner des exemples de la vie quotidienne car nous aurions tôt fait de tomber dans des débats qui n’ont pas lieu d’être ici.

Nombreux sont les frères qui ont compris que le projet d’organisation proposé, réputé provenir de la consultation par le Livre blanc est en fait le projet de FMR et de 5 myosotis, les autres ayant été soigneusement tenus à l’écart des initiatives dont ils ont eu connaissance après coup (pour celles qui ont été connues) sur le web en même temps que tout autre internaute.

Les plus perspicaces d’entre vous ont pu voir qu’il en a notamment été ainsi des publications suivantes :

- 6 avril 2010 : Principes-pour-une-réforme-statutaire-de-la-GLNF

- 24 octobre 2010 : Manifeste pour une nouvelle gouvernance de la GLNF

- 14 janvier 2011 : Assises Nationales de la Refondation de la GLNF.

Être tenu à l’écart de l’initiative des assises du 4 février 2011, ce n’est pas rien, je vous le concède.

Les myosotis laissés pour compte (le Mont Gargan en fait évidemment partie) ont rouspété un peu mais ont préféré avaler le morceau plutôt que prendre le risque de casser la mécanique.

Donc, si vous lisez bien les trois étapes rappelées ci-dessus, le projet était déjà prêt et les Assises du 5 février 2011 à Montreuil devaient servir à le valider.

Que ceux qui pensent que j’affabule se souviennent donc que, dans un premier temps, seuls les VMM et premiers SS étaient invités à ces assises. Et de qui s’agit-il ? Des représentants des loges qui ont le droit de vote en AG.

Ensuite on a annoncé que tous les frères pouvaient y assister et organisé un sondage par dépôt de message sur un email afin de calmer les rouspétances (le mystère de la méthode de dépouillement de milliers de messages différents et de son exploitation reste inexpliqué).

Mais entre la date de l’annonce et celle de la réunion, le contexte avait évolué et les cartes se trouvaient brouillées : public composite et non représentatif en qualité et en nombre, candidats GM se déclarant ici et là, incertitudes sur l’application du jugement du TGI, démission du CA et de son président, arrivée de l’administrateur … etc. Autant de raisons qui ont fait que la validation du projet n’était pas possible le 5 février à Montreuil.

Alors, les Assises ont viré à la grande messe chaleureuse où tout le monde allait pouvoir se congratuler, se rassurer et se faire plaisir.

Mais il fallait trouver un autre moyen de valider le projet et, en cours de réunion, l’annonce a été faite de la mise en place d’un Livre Blanc de la refondation (les représentants des myosotis « de base » ont appris la nouvelle en même temps que le public). Évidemment tout le monde a approuvé avec enthousiasme.

Le projet nommé aujourd’hui Livre Blanc est donc à peu près celui qui était resté dans le carton à Montreuil

Voilà, pour ce qui concerne l’authenticité de la démarche, cequ’il fallait bien dire un jour.

Un mot de la méthode maintenant.

On n’a pas voulu faire une consultation des loges comme le simple bon sens le commandait.

On dit vouloir mettre « les loges au centre » de l’obédience, leur rendre le pouvoir, mais on a pris soin de ne pas leur demander leur avis.

Un questionnaire par loge, sur papier, est la seule pièce dont l’authenticité est vérifiable et incontestable. (pour l’ébauche de l’architecture du projet et d’autres consultations ensuite si nécessaire).

Le dépouillement de 1500 questionnaires est peut-être une tâche ingrate mais très réalisable et il est surtout parfaitement contrôlable et incontestable.

Alors que, dans le projet présenté, où vérifie-t-on l’authenticité des contributions audit Livre Blanc ?

Et où vérifie-t-on la représentativité des frères de la GLNF (en admettant qu’il s’agisse d’eux seuls) qui ont déposé ces contributions ?

On reste sur l’impression qu’on a utilisé une méthode de sondage suffisamment floue et impropre à recueillir les véritables demandes des loges lesquelles risqueraient de contredire et contrarier le projet préétabli.

C’est la seconde raison pour laquelle je ne reconnais pas ledit Livre Blanc.

Voyons maintenant un peu le contenu.

« Rien n’est plus semblable à l’identique que ce qui est pareil à la même chose » disait Pierre Dac.

On pourrait croire que les frères n’ont qu’une alternative : conserver la GLNF d’aujourd’hui ou s’enfermer dans une nouvelle usine à gaz propre à maintenir, sous d’autres formes, l’aristocratie des amateurs de titres et de dorures et à donner aux autres l’impression que c’est bien le peuple des loges qui gouverne.

Car rendre le pouvoir aux loges : non. Faire semblant : oui.

La seule façon de donner le pouvoir aux loges est de leur reconnaître une identité par une structure juridique claire.

En droit français cela s’appelle une association de personnes et c’est la loi du 1er juillet 1901 qui en donne le cadre.

A la lettre de cette loi, une association peut être soit déclarée si elle veut la capacité juridique soit non déclarée (dite « de fait ») si elle n’a pas besoin de cette capacité juridique.

NB : l’association de fait est parfaitement légale, son existence a un caractère tout aussi officiel que l’association déclarée. La différence est que certains droits ne lui sont pas reconnus, ce qui ne la gêne en rien du moment qu’elle n’a pas le besoin de les exercer.

Association déclarée et association de fait ont chacune des statuts, élaborés ou sommaires, adaptés à leurs buts et fonctionnements respectifs.

Est-il difficile de faire un statut type qui serait adopté par chaque loge de la GLNF ?

Réponse : non.

Est-il difficile de les fédérer ?

Réponse : non.

Alors pourquoi ne le fait-on pas ?

Réponse : parce qu’on ne veut pas que la loge ait une identité et une autonomie reconnues et opposables à l’obédience.

On ne veut pas que la loge ait la libre administration de ses ressources.

En clair on ne veut pas que la loge X ait le pouvoir d’adhérer à l’obédience et de rompre cette adhésion, si telle est la décision exprimée par ses membres, en partant avec son trésor et son tronc de l’hospitalier.

Imaginez que les loges de la GLNF soient actuellement constituées en associations. Elles pourraient disposer de leur argent. Quelle horreur !

Au lieu de ça, les auteurs du Livre Blanc essayent de nous vendre une sorte de prison libérale : la Province serait érigée en association et « fédérée » à l’obédience.

Et que seraient les loges là dedans ?

Rien.

De simples « sections » de l’association-Province, comme elles sont aujourd’hui des « sections » de l’association-GLNF. Une fois la pilule avalée, on ne manquera pas de vous rappeler à la réalité des statuts, comme la GLNF l’a fait jadis : la loge n’a pas d’existence juridique.

Un conseil provincial des VMM ou délégués des loges ? Miroir aux alouettes et lieu de « management » des sous cadres.

Les loges élisent les OOP ou même le GMP ? La belle affaire !

La manœuvre est grossière : il s’agit avant tout, contre vents et marées de maintenir la Province.

Il est des rebelles qui ne peuvent pas imaginer de perdre leurs titres, privilèges et décors dorés. Que voulez-vous, mon bon monsieur, c’est comme ça.

Or des milliers de frères ne veulent plus entendre parler de Province. Ils n’arrêtent pas de le dire et de l’écrire sur les blogs et ils n’accepteront pas une organisation qui la maintient.

Province, GMMP et OOP élus… Et pour quoi faire au juste ?

Pour venir parader dans les loges le jour de l’installation du VM ?

Les loges installent parfaitement leur VM toutes seules. Pour la connaissance du rituel, les cellules grises de leurs passés VMM valent largement celles de nombre d’OOP, comme on a pu le vérifier à maintes occasions.

Et qu’on ne vienne pas nous bassiner avec le prétexte indécent du relai administratif indispensable.

À l’image de l’utilisation de l’informatique dans le milieu professionnel (télétravail, formulaires en ligne, accès sécurisés… etc.) un secrétariat administratif central suffirait largement pour valider les saisies et faire le suivi.

La province, les GMMP et OOP sont inutiles et indésirables. C’est un fait.

Vouloir les maintenir à tout prix et contre toute logique constitue une provocation et même une trahison envers les frères des loges qui se bagarrent sur le terrain depuis des mois, dans ce que certains appellent une guerre de tranchées.

On veut une représentation des loges dans les organes décisionnels ?

Eh bien que l’on crée des instances nationales et que les loges désignent leurs délégués à ces instances parmi les VMM, avec suppléants, un peu comme les élus de la république, par département ou région administrative par exemple (pourquoi réinventer les entités géographiques existantes) au prorata du nombre de loges (un délégué pour 10 loges par exemple = 150 délégués ne serait-ce pas suffisant ?)

Et pourquoi pas tout simplement une désignation annuelle par tirage au sort parmi les VMM ?

Un VM de loge n’en vaut-il pas un autre ? Qu’on vienne donc me donner la démonstration « fraternelle » du contraire.

Des instances nationales vraiment représentatives des loges et rien que des instances nationales, avec leurs sections ou commissions spécialisées, autant que vous en voulez, à condition qu’elles soient nécessaires ou au moins utiles à quelque chose et qu’aucun pouvoir ne puisse s’installer durablement (le renouvellement annuel par tirage au sort donnerait cette garantie).

Les Souverain Grand Comité, Conseil des Sages et autres instances abusives, dans le principe comme dans les faits, qui ont, depuis 15 mois, fait la démonstration publique de leur inutilité si ce n’est à protéger par leur inertie un GM dévoyé : à la trappe !

Faites vous-même l’essai : prenez l’organigramme du Livre Blanc, supprimez la notion de province, conservez seulement le niveau des loges et celui de l’administration centrale de l’obédience, avec le minimum d’organes utiles et vous allez voir que le projet gagnerait en simplicité, lisibilité, cohérence et, partant, en crédibilité.

Ah, bien sûr les boutiques qui vendent des décors maçonniques brodés or verraient baisser leur chiffre d’affaire. Mais le but de la franc-maçonnerie est-il de faire marcher ce commerce ?

Je ne commenterai pas davantage les arcanes de ce projet, ce serait, je crois, du temps perdu.

Mais n’en avons déjà pas perdu beaucoup me direz-vous.

Oui, et beaucoup trop justement.

On sent bien que ce « Livre Blanc » est voué à l’échec.

J’ai moi-même ce sentiment depuis des mois mais je me suis retenu d’en faire trop état pour ne pas mettre le bazar dans les rangs des rebelles.

Et puis on attend toujours une prise de conscience salutaire chez l’autre, vous savez ce que c’est.

Mais la prise de conscience n’est pas venue et ne vient pas.

On continue aujourd’hui à découvrir des initiatives de Claude S. et Dominique M. pour le « collectif FMR Myosotis » dont justement les Myosotis, mis à part cinq, n’ont jamais entendu parler.

Et depuis quelques temps on pourrait croire que ces deux personnes seraient seules investies de la représentation de ce « collectif » bipolaire.

Mais investies par qui ?

Que Claude S. Président de FMR représente « naturellement » cette association … soit …

Mais où, quand et de qui Dominique M. a-t-il reçu le pouvoir de représenter les Myosotis ?

Nulle part, jamais et de personne (à part peut-être des animateurs des 4 autres myosotis de l’équipe).

Sans doute applique-t-on encore le fameux principe « qui ne dit mot consent … ».

Or, n’avons-nous pas aujourd’hui atteint la limite de cette tolérance ?

Ce serait peut-être le moment de devenir raisonnables et d’arrêter ce petit jeu qui va finir mal.

Que croyez-vous qu’il va arriver si vous persistez à vouloir bluffer les frères ?

Qu’ils vont continuer à faire semblant de ne pas s’en apercevoir ?

Et qu’attendez-vous et que leur faites-vous attendre pour le 24 juin ?

Un miracle qui va changer l’eau en vin, la Saint Jean en fête de Noel, le Livre Blanc en statuts de la GLNF et mettre François à la porte de Pisan ?

Va-t-on maintenant dire aux frères d’attendre l’automne 2011 pour aller à une AG à l’issue plus qu’incertaine ?

Et pourquoi pas décembre 2012, on n’en a jamais été aussi près.

Ce sera l’explosion messieurs et vous pourrez toujours essayer ensuite d’en dire les raisons et les responsabilités.

Les démissions déjà enregistrées devraient vous alerter.

Ce sont surtout les rebelles fatigués d’attendre qui démissionnent. Il n’est pas besoin alors d’être agrégé de mathématiques pour comprendre que ces démissions font diminuer le pourcentage de rebelles et augmenter celui des légitimistes.

Le temps est le pire adversaire du « collectif » FMR-Myosotis.

Aussi, frères du «  petit collectif  » FMR + 5 Myosotis allez-vous enfin arrêter de jouer les vedettes et vous résoudre à reconnaître les loges comme les vrais acteurs de leur révolution (et c’est bien le mot), les laisser prendre le pouvoir, les y encourager et les y aider ?

Je suis personnellement prêt à mettre toutes mes forces dans cet engagement comme d’autres aussi assurément et je suis prêt du même coup à oublier toutes ces petites « cachoteries fraternelles » que des esprits chagrins pourraient facilement apparenter à des trahisons.

Décidez-vous vite car chaque jour passé à attendre est un jour de perdu et il ne nous en reste que très peu d’ici fin juin.

Quant à vous mes Frères du Limousin, de la Marche et du Périgord, gardez-vous des projets fumeux et prenez votre sort en main en libérant vos loges du carcan provincial comme l’ont fait chez nous La Fidèle Amitié, il y a presque un an déjà, puis Aquila, Coupo Santo et tout récemment La Parfaite Union en Marche.

Vous êtes les garants de la vraie maçonnerie au sein de la GLNF.

Ne laissez personne prétendre l’être à votre place.

Je vous salue tous mes frères par les nombres que vous connaissez.

Zorbec Legras

9 juin 2011

(NB : la fédération de loges du Mont Gargan est et sera quoi qu’il arrive.)

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Gaston 13/06/2011 10:29


"Première victoire" tu ne trouves pas que tu nous la joues un peu facile avec tes comparaisons toxiques et tes leçons de morale ?
Oui on est des "simples" en Limousin et ça ne nous préoccupe pas.
Les miroirs on les a tous cassés vu les dégâts constatés chez ceux qui s'y mirent et prennent la grosse tête.
Tu ferais bien de venir faire une cure chez nous, ça te rendrait plus aimable et t'ouvrirait un peu les yeux.
Gaston


première victoire 13/06/2011 09:04


La soit disant fédération des loges du Mont Gargan c'est quoi? 4 ?5 ? 6 loges à tout casser! c'est très démocratique que ce type de super minorité envisage d'imposer à tous un système qu'ils n'ont
même pas été capables d'opposer à la pesanteur du système stifanien dans leur province (regardez les votes de l'AG chez vous et après regardez votre miroir...)
Les rédacteurs du Livre Blanc ont essayé de répondre à la demande majoritaire des Loges, tout en préservant la mini minorité que vous êtes, puisqu'il est prévu une "exception fédérale", qui répond
à votre besoin. Mais votre intégrisme ou votre "fraternité" vous aveugle Gaston et les autres: vous n'êtes même pas prophètes en votre pays et vous voulez donner des leçons à tous: simple,
simpliste et très à la mode chez acacia...


Gaston 12/06/2011 11:28


Merci à JM, frère de la GLDF, de confirmer mes dires.
Lisez bien ce qu'il dit:
1 Fédération de loges.
2 GM élu tous les ans dans la limite de 3 mandats d'un an et après il revient sur les colonnes.
ça parait inconcevable pour certains et pourtant la GLDF le fait.
Qu'est-ce qu'on attend pour adopter ce projet d'organisation future au lieu de perdre son temps a fabriquer des usines à gaz.
Gaston


yunus 12/06/2011 10:06


C’est bien ! grâce à la télé, on peut mettre des visages sur les avocats impliqués dans le conflit qui nous opposent à la direction de la GLNF : Tietgen qui défend le toujours très propre PPDA dans
son affaire de plagiat, Pardo qui défend Teodoro Obiang, l’intouchable président de Guinée équatoriale, dans le dossiers des biens mal acquis, et Imad Lahoud dans la très propre affaire
clearstream, Jean-Michel Baloup qui essaie d’accéder à la cour des grands en prenant faits et cause pour Ephesse 1er , notre admirable usurpateur de titres, chasse dans la réserve, se travestissant
de tenues camouflées pour mieux attraper les têtes de linottes. Enfin n’oublions pas la galette de la mère-(Le)grand. Tous se rencontrent au Palais mais aussi, très vraisemblablement, lors de
cocktails mondains ou juges et parties, toujours interchangeables, d’une affaire à une autre, prennent le même ascenseur social. Vous savez, Paris est un village…Le microcosme du Triangle d’Or nous
apparait dans sa magnificence, à nous pauvres petits pèlerins sur le chemin initiatique, scotchés à notre petit écran plat made in Taiwan, comme les vedettes…Nous sommes heureux que nos modestes
dons profitent aux viatiques de nos illustres avocats qui ont trouvé notre tonneau des danaïdes. Tant de démesures nous donnent le tournis ! Ces dizaines de milliers d’euros qui passent de mains en
mains, pour nous qui avons 2500 € par mois pour vivre, c’est fascinant ! N’oublions pas que Spendeurs et misères des courtisanes fait suite aux Illusions perdues…


jean moutet 12/06/2011 00:26


pour info ... la GLDF est une fédération de Loges. Il y a en général pour l'élection du GM, 2 ou 3 candidats qui se présentent devant les délégués des Loges réunis en assemblée ( Convent) et
détaillent leur programme pour l'obédience ... ( NB: 1 délégué par Loge ). Le GM est élu pour 1 an, renouvelable 2 fois ( donc 3 ans maximum). Le vote est un vote électronique ( contrôlé par
huissier ) .

Vous dire qu'il n'y a pas de coteries, des "lobbys" oeuvrant en "coulisse" pour l'un ou pour l'autre des candidats serait mensonge ... mais au final tout cela est relativement mineur ... car les
délégués sont libres de leur choix l ... et le favori n'est pas toujours celui qui est élu ! ( et SURTOUT s'il ne donnait pas satisfaction .. l'année d'après il a des chances de ne pas être réélu !
) ... donc pas d'incruste comme chez vous ... l'ex GM re-descend sur les colonnes de sa Loge !

avec vous par le coeur !!!

J.M.


Présentation

  • : Le blog de la région Limousin Marche Périgord
  • Le blog de la région Limousin Marche Périgord
  • : Le blog de la région Limousin Marche Périgord pour la Sauvegarde et la Promotion de la Franc-Maçonnerie Régulière
  • Contact

Blog du Myosotis du Mont Gargan

Rejoignez la GLEFU

GLEFU